samedi 5 août 2017

The Circle

James Ponsoldt, 2017, 1h50, avec Emma Watson, Tom Hanks, John Boyega,....


Une adaptation cinématographique pour une fois plus réussie que le roman éponyme.

Synopsis :


Les Etats-Unis, dans un futur proche. Mae est engagée chez The Circle, le groupe de nouvelles technologies et de médias sociaux le plus puissant au monde. Pour elle, c'est une opportunité en or ! Tandis qu'elle prend de plus en plus de responsabilités, le fondateur de l'entreprise, Eamon Bailey, l'encourage à participer à une expérience révolutionnaire qui bouscule les limites de la vie privée, de l'éthique et des libertés individuelles. Désormais, les choix que fait Mae dans le cadre de cette expérience impactent l'avenir de ses amis, de ses proches et de l'humanité tout entière…

Mon ressenti :


Je vous avez dit en son temps tout le mal que je pensais du roman Le cercle, Hollywood a exaucé mes pires craintes est en a fait un film. Etant par nature masochiste, je n'ai pu que m'enfermer dans une salle obscure pour visionner cet immanquable merde. Pas de bol, l'industrie du cinéma a lu ma critique du livre et mes griefs pour ne garder que le meilleur du texte de Dave Eggers.


Attention, petite clarification avant de commencer : le roman comportait une amourette triangulaire
niaise et des scènes de sexe à pleurer de rire. Ici, et je ne m'en suis pas encore remis, pas d'obligatoire amourette ni de scènes de sexe. Étonnant non ! Donc si vous vous attendiez à voir Emma Watson et Tom Hanks jouer au docteur, vous risquez une énorme déconvenue.

Donc Mae est embauchée dans un Google Facebook hégémonique, le job en or, le rêve de la Silicon Valley personnifié. Le cinéma nous a habitué au succes story des créateurs de start-up informatique, ici, nous avons le revers de la médaille. Que cache les services offerts par les géants du net ? Altruisme ? Que cache ces lieux de travail idylliques ? La recherche du bonheur salarial ? La société a enfin ouvert les yeux, l'utopie est à nos portes ? Sur des questionnements et thématiques chers à la SF, James Ponsoldt en tire un film tout public qui permet de s'interroger sur les méfaits des nouveaux modes managériales et de la puissance de l'industrie informatique sur nos vies et nos gouvernements. Les grandes messes de présentation par les grands gourous du web montrant le côté millimétré et théâtralisé est très bien rendue.
Ceci dit, rien de bien nouveau pour les amateurs du genre, mais pour un film grand public sortant en pleine période estivale, je ne peux que saluer l'initiative. Les critiques sont assez négatives, ce qui revient le plus "Black Mirror du pauvre". Alors combien de personnes qui ne lisent jamais de la SF connaissent cette série ? Si ce film peut amener monsieur et madame Lambda à réfléchir sur les dérives orwelliennes des nouvelles technologies, moi je suis d'accord.

L'adaptation est fidèle au meilleur du roman, a gommé les effets tape à l'oeil et racoleur. La fin diffère cependant, rendant le tout moins ambiguë. Mais la pirouette est réussie.
Bémol cependant sur les acteurs et sa direction : Emma Watson nous refait les deux moues qu'elle connait, Tom Hanks cabotine et Karen Gillan (la compagne du Docteur dans les saisons 5 et 6) est caricaturale.Et comme pour le livre, le film oublie un réel contrepoint et de véritables opposants à cette entreprise.

Bref, je m'attendais à une grosse bouse et me retrouve avec un assez bon film qui sort du tout venant hollywoodien. J'ai passé un agréable moment, que demande le peuple ?

Allez, je vous offre même la bande annonce :






3 commentaires:

  1. Vendu, je vais me laisser tenter. Il est sur netflix donc, pas de raison d'y passer à côté. Tu me rassures sur l'absence de scènes de sexe car voir jouer Tom hansk au docteur avec Emma W c'est plutôt dans le domaine du dégoût et du cauchemar que du fantasme pour ma part!

    J'ai adoré l'humour de ta critique et j'ai bien ri. Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que voir jouer Tom hansk au docteur avec Emma W n'est pas très glam.
      Merci, j'espère que tu aimeras.

      Supprimer
  2. Je note aussi le film. Le roman, à fuir ?

    RépondreSupprimer